AccueilMétéo France    
 
 

Traditions camarguaises

La bouvine : une tradition ancestrale

( Derniére modification : 17 juillet 2014 )

Principe de la Course camarguaise

La Course camarguaise se distingue de la Corrida même si dans les deux cas, des hommes et des taureaux se retrouvent ensemble dans les arènes. Mais dans la Course camarguaise, ou course libre, il n’y a pas de mise à mort du taureau.

Les hommes que l’on appelle "raseteurs" jouent avec le taureau. Ils tentent de lui retirer des attributs (cocarde, etc) placés près de ses cornes, à l’aide d’un crochet.

Les taureaux, eux, sont de pure race "Camargue" reconnaissables par leurs cornes dirigées vers le haut. Ils sont généralement castrés.

Pendant les courses camarguaises, les taureaux ont les cornes nues. On voit que, au-delà du jeu, il y a de la technique et beaucoup de courage de la part des raseteurs.

Déroulement d’une course camarguaise

Avant la course, la capelado, défilé des raseteurs sous les applaudissements du public au son de l’ouverture de Carmen de Bizet.

Une sonnerie annonce la sortie du premier taureau. La porte du toril s’ouvre. Le Bioù jaillit majestueusement et plein de fougue. Pendant une minute, il prend ses marques au sein de l’arène alors que les hommes en blanc observent son comportement.

La seconde sonnerie retentit alors invitant les raseteurs à provoquer le bioù. Les raseteurs cherchent alors à arracher les attributs du taureau (cocarde, frontal, ficelles, glands) à l’aide de leur crochet en suivant une stratégie rôdée par l’expérience. Les actions réussies sont récompensées par les applaudissements et par une somme d’argent versée par la présidence, les spectateurs et les commerçants du village.

Le taureau reste 15 minutes en piste. Une troisième sonnerie indique le retour du taureau au toril, qu’il ait été dépouillé ou non de ses attributs. S’il refuse de regagner le toril, on fait sortir simbeù (ou simbel, bœuf conducteur de la manade ayant une cloche au cou) qui incite le taureau à le rejoindre au toril. Le même scénario se reproduit avec les 5 taureaux suivants.

A la fin de la course, la présidence choisit le meilleur raseteur et lui décerne une récompense sous la forme d’un trophée.

Différents types de Courses camarguaises

- La Royale : Course des 6 meilleurs taureaux d’une même manade

- Le Concours de manades : Course composée de taureaux de plusieurs élevages

- La Course du Taù : Course de taureaux non castrés

- La Course de vaches cocardières : Course de vaches exclusivement

- La Course de protection : Course de taureaux jeunes ou neufs avec raseteurs débutants.

 

Vous avez des informations ou des photos pour enrichir cette rubrique ? Ecrivez au responsable du site en cliquant ici.

 

 

Retour en haut de page